Montréal, le 7 août 2010

Monsieur Gil Courtemanche
Le Devoir

Monsieur,

Je lis régulièrement vos chroniques du samedi dans Le Devoir. Souvent, je suis d’accord avec vous. Bien que j’aie parfois des réserves sur votre manière d’aborder les choses, je reste chaque fois touchée par votre style d’écorché vif. La manifestation du dégoût, l’aversion du scandale, les cris de révolte manquent de force et d’acuité, me semble-t-il, ailleurs que chez vous. Je suis rassurée que des têtes bien faites continuent de hurler, malgré la nuit et l’indifférence générale.

Quelques mots peuvent résonner toute une vie, lettre d’opinion en réaction au dossier sur la lecture à l’école paru dans La Presse du 30 janvier 2010.

Quelques mots peuvent résonner toute une vie !

Comme auteure et, jusqu’à récemment, comme chargée de mission pour la promotion de la lecture à l’école obligatoire dans le canton du Jura (Suisse), je me sens concernée par la problématique de la lecture à l’école soulevée ces jours-ci dans La Presse. Durant les cinq années de mon mandat, j’ai pu enrichir au quotidien ma réflexion sur le terrain, au contact de spécialistes (chercheurs, enseignants, bibliothécaires) suisses romands et français, et grâce à des formations et des lectures. Que retenir de cette expérience ?

Montréal, le 17 janvier 2010

Monsieur le Très Honorable Stephen Harper, Premier Ministre du Canada
Chambre des communes
Ottawa (Ontario)
K1A 0A6

Prorogation

Monsieur le Premier Ministre,

Je suis consternée par votre décision de proroger la session parlementaire. Je cherche à comprendre.

SEJ – Congrès 11 septembre 2009

Texte prononcé à l’occasion de la partie thématique du Congrès quinquennal du Syndicat des enseignantes et enseignants jurassiens (SEJ). Ce congrès se tenait à la Halle des expositions, à Delémont.

Mesdames, Messieurs,

Quand on m’a approchée, il y a deux ans, pour une première discussion sur le thème de ce congrès, je ne me doutais pas de la tournure que prendrait ma vie entre temps. Ce congrès devait être pour moi l’occasion d’un nouvel élan dans ma mission de promotion de la lecture parmi vous. Ce sera plutôt mon atterrissage. Je vous dis adieu aujourd’hui, et vous remercie de votre accueil, de votre confiance, de votre amitié.