Le fonds de commerce de l’auteur25 octobre 2014

Catégorie(s) : Carnet d'humeurs

Depuis l’annonce de la faillite des éditions la courte échelle, il y a une douzaine de jours, je suis sous le choc. À vrai dire, cette faillite ne m’a pas surprise. Je sentais bien que l’affaire était mal gérée. Quand un éditeur vous doit deux cents dollars et qu’il vous demande s’il peut vous régler cela en deux versements, on comprend sans autre que les liquidités sont à sec, si j’ose dire. Tout, de même, voir tomber ce fleuron de l’édition québécoise fait peine à voir.

Pour ma part, je n’ai pas trop à me plaindre. Je fais partie des auteurs qui ne perdent pas trop dans l’affaire. La courte échelle me doit 2,96 $ en droits; Je n’ai évidemment aucun mal à passer cette somme par pertes et profits. Ce n’est pas comme si la maison me devait dix, vingt, voire quarante mille dollars comme à certains auteurs. Il y a parfois des compensations à n’être pas un auteur vedette.

Cela dit, je perds aussi. Beaucoup. En effet, j’apprends avec cette faillite que les droits sur leurs oeuvres passent directement de l’éditeur au syndic de faillite, qui peut en faire ce qu’il entend. L’auteur n’a pas un mot à dire. Les droits, que l’auteur a dû céder à l’éditeur pour se voir publié, constituent le fonds de commerce de l’éditeur.

Dès lors, je vous le demande, qu’est-ce qui constitue le fonds de commerce d’un auteur?

L’Union des écrivaines et écrivains du Québec (UNEQ) le claironne depuis au moins vingt ans: ne cédez pas vos droits; accordez plutôt des licences. Je veux bien, mais aucun éditeur n’accepte de prendre un risque pour une licence. Si je comprends mieux maintenant pourquoi, je vois aussi plus clairement mon intérêt à protéger mes droits. L’ennui, c’est que je me retrouve devant l’étrange situation de devoir renoncer à être publiée, à défaut de céder mes droits…