Journal 2014.10.09 – Un résumé qui raconte25 octobre 2014

Catégorie(s) : Journal d'écriture

Résumer son histoire en 100 mots demande du travail. Voici les différentes versions de celui que j’ai réussi à produire pour la demande de subvention à la formation. Chaque fois, je mets en gras les modifications par rapport à la version précédente.

 

11 Septembre 2014

 Version 2 (la version 1 a été perdue) – Femme mûre, j’ai vécu une relation amoureuse avec un homme exceptionnel, politicien suisse de haut niveau : maire de la capitale du Jura, sénateur au parlement fédéral, représentant la Suisse au Conseil de l’Europe ; après ses mandats politiques, président du Syndicat national des cheminots (SEV) et représentant des travailleurs suisses à l’OIT. Homme de gauche, cultivé, libre-penseur. Cet observatoire a affecté mes convictions. Cet amour m’a transformée et obligée à me poser des questions essentielles. Notre histoire, pur bonheur, s’est terminée abruptement en 2008 avec le décès inattendu de mon mari, entraînant la fin de ma vie professionnelle là-bas et mon retour au Québec.

(105 mots)

 Commentaire de Dominique:

« Des questions essentielles. » Lesquelles?   Perso, je trouve que tu t’effaces un peu trop dans ce résumé de ton histoire.  Tu décris en long et en large les titres de cet homme exceptionnel, mais tu ne dis rien de toi, mis à part ta maturité (femme mûre).

Là où tu refais surface est quand tu dis que cet amour t’a transformée et t’a forcée à te poser des questions essentielles.  Mais tu n’en dis pas plus.

Je constate ainsi que tu es plus diserte sur lui que tu ne l’es sur toi, alors qu’il semble s’agir de ton histoire plutôt que de la sienne.  À moins que cela soit celle des deux (je repense à ce roman de Carol Shields qui était tête bêche, un côté elle et l’autre côté lui).

Mis à part qui était cet homme, mis à part le fait de sa mort qui a précipité ton retour, bref mis à part l’anecdotique (telle personne, tel événement, etc.) : quelle est ton histoire?  De quoi parle-t-elle?

Traduction en termes scénaristiques : quelle est ton action dramatique?  Nous allons commencer par là.  Car c’est là une question essentielle à se poser.


12 Septembre 2014

Version 3Dans la cinquantaine, j’ai épousé un homme exceptionnel, politicien suisse de haut niveau, réformateur de gauche, cultivé, libre-penseur. Ce déracinement m’a obligée à sortir enfin de la cloche de verre où je me terrais depuis toujours pour me protéger des agressions de la vie. Notre histoire, pur bonheur, s’est terminée abruptement en 2008 avec le décès inattendu de mon mari, entraînant la fin de ma vie professionnelle là-bas et mon retour au Québec et vers ma famille. Un Québec et une famille que je ne pouvais désormais plus voir du même œil. (92 mots)

 

Version 4Début cinquantaine, j’abandonne tout ici pour aller épouser en Suisse la version réussie du politicien syndicaliste raté que fut mon père. Ce déracinement, un rien culpabilisant pour le marchepied que je suis, nous libère, mon homme et moi, des rôles étouffants que nous avions endossés. Notre histoire, pur bonheur, se termine abruptement en 2008 avec le décès inattendu de mon mari, entraînant mon retour au Québec et aux miens : un pays, une famille que je ne peux plus désormais regarder tout à fait du même œil…

(87 mots)

 

13 septembre 2014

Commentaire de Dominique :

 Je pense qu’il est beaucoup mieux. Pour le « fun », je me suis amusée à récrire ce résumé à la 3ème personne.  Voici ce que ça donne :

Une Québécoise, 5X ans, plaque tout (enfants, emploi permanent, alouette) pour aller rejoindre en Suisse son amoureux rencontré X mois plus tôt sur Internet.  Avec lui – une version réussie du politicien syndicaliste raté que fut son père, elle se libère du carcan qu’avait été sa vie jusqu’alors.  Déracinée au début dans ce nouveau pays plus étranger qu’on pense,  elle parvient à s’y épanouir au-delà de ses espérances.  La mort brutale de son homme devenu son mari la ramène brutalement aux siens et au Québec qu’elle n’arrive plus à considérer du même œil…

Cette lancée n’est pas au poil, je le sais bien, mais je cherche surtout à te faire voir la différence.  Et je serais curieuse de connaître quelle pourrait être ta version à la 3e p.

Je note que le point de fuite, soit le nouveau regard qu’elle porte sur le Qc et ses proches n’est peut-être pas le plus fort, le plus juste, le meilleur, mais qu’importe, pour le formulaire, c’est OK.


 

Version 5Une quinquagénaire québécoise plaque tout (enfants, sécurité d’emploi et le reste) pour rejoindre en Suisse son amoureux, rencontré un an plus tôt sur Internet.  Avec cet homme (version réussie du politicien syndicaliste raté que fut son père), elle se libère du carcan qu’avait été sa vie jusqu’alors.  D’abord déracinée dans ce nouvel environnement,  elle parvient à s’y épanouir au-delà de ses espérances.  La mort brutale de son homme, entre temps devenu son mari, la ramène brutalement aux siens. L’amour ne serait-il qu’une suite de deuils ?

(87 mots)

 

Version 6 – Une quinquagénaire québécoise plaque tout (enfants, sécurité d’emploi, etc.) pour rejoindre en Suisse un homme rencontré un an plus tôt sur Internet.  Avec son amoureux, version réussie du politicien syndicaliste raté que fut son père, elle se libère du carcan qu’a été sa vie jusqu’alors. D’abord un peu perdue dans le pays du « propre en ordre »,  la déracinée parvient à s’épanouir au-delà de ses espérances.  La mort brutale de celui qui entre temps est devenu son mari la ramène brutalement sur le plancher des vaches. Saura-t-elle rebondir ?(90 mots)

 

Version 7 – Une quinquagénaire québécoise plaque tout (enfants, sécurité d’emploi, etc.) pour rejoindre en Suisse un homme rencontré un an plus tôt sur Internet.  D’abord un peu perdue au pays du « propre en ordre », elle parvient à briser le carcan de sa « petite » vie, avec son amoureux – une version réussie du politicien syndicaliste raté que fut son père. La déracinée reprend pied et parvient à s’épanouir au-delà de ses espérances.  La mort brutale de celui qui, entre temps, est devenu son mari la ramène brutalement au point de départ. Saura-t-elle rebondir ? (94 mots)

 

Version 8Cinquantaine à la boutonnière, une Québécoise plaque enfants et sécurité d’emploi pour rejoindre en Suisse un homme rencontré sur Internet.  D’abord décontenancée au pays du « propre en ordre », tiraillée par une pointe de culpabilité, elle parvient pourtant à briser le carcan de sa « petite » vie. Auprès de son amoureux, une version réussie du politicien syndicaliste raté que fut son père, la déracinée s’implante et parvient à s’épanouir au-delà de ses espérances.  La mort soudaine de celui qui, entre temps, est devenu son mari la ramène brutalement au quai de départ. Pour quelle destination, à présent ? (100 mots)

 

Version 9 – Cinquantaine en bandoulière, une Québécoise plaque enfants et sécurité d’emploi pour rejoindre en Suisse un homme rencontré sur Internet.  D’abord décontenancée par ce pays « propre en ordre », crispée par un relent de culpabilité, elle parvient pourtant à se libérer de son écrasant karma. Auprès de son amoureux, une version réussie du politicien syndicaliste raté que fut son père, la déracinée s’implante et s’épanouit.  La mort soudaine de celui qui est devenu son mari la ramène brutalement au quai de départ. Que faire, à présent ? Qu’est-ce que vivre, après l’amour ? (93 mots)

 

Version 10 – Cinquantaine en bandoulière, une Québécoise plaque enfants et sécurité d’emploi pour rejoindre en Suisse un homme rencontré sur Internet.  D’abord décontenancée par ce pays « propre en ordre », crispée par un relent de culpabilité, elle parvient pourtant à se libérer de son écrasant karma. Auprès de son amoureux, une version réussie du politicien syndicaliste raté que fut son père, la déracinée s’implante et s’épanouit.  La mort soudaine de celui qui est devenu son mari la ramène brutalement au quai de départ. L’amour n’est-il jamais qu’une suite de deuils ? Si oui, à quoi bon tout lui sacrifier? (98 mots)

 

Commentaire de D. Bouvet (photographe)

Il me dit préférer la 9e version. Je suis d’accord avec lui. Il signale par ailleurs que le qualificatif « réussie » l’agace un peu, sans comprendre trop pourquoi.


Il y a peut-être, en effet, mieux à tirer de cette qualification. Alors, je me retrousse les manches. Ce qui donne encore :

  • … version admirable du politicien syndicaliste raté que fut son père…
  • … version brillante du politicien syndicaliste raté que fut son père…
  • … version éblouissante du politicien syndicaliste raté que fut son père…
  • … version accomplie du politicien syndicaliste raté que fut son père…
  • variante accomplie du politicien syndicaliste raté que fut son père…
  • mouture accomplie du politicien syndicaliste raté que fut son père…
  • contrepartie accomplie du politicien syndicaliste raté que fut son père…
  • l’envers du politicien syndicaliste raté que fut son père…
  • le contraire du politicien syndicaliste raté que fut son père…
  • le parfait contre-pied du politicien syndicaliste raté que fut son père…

Version 11 – Cinquantaine en bandoulière, une Québécoise plaque enfants et sécurité d’emploi pour rejoindre en Suisse un homme rencontré sur Internet.  D’abord décontenancée par le pays du « propre en ordre », crispée par un relent de culpabilité, elle parvient pourtant à se libérer de son écrasant karma. Auprès de son amoureux, parfait contre-pied du syndicaliste raté que fut son père, la déracinée s’implante et s’épanouit.  La mort soudaine de celui qui est devenu son mari la ramène brutalement au quai de départ. Que faire, à présent ? Qu’est-ce que vivre, après l’amour ?  (92 mots)

 

Commentaire de Dominique:

Point est moins littéraire mais bien plus québécois que quai.  

Qu’est-ce que vivre, après l’amour ?  C’est fou, mais cette question ne me branche pas, énoncée comme ça en tout cas. Si tu finis par une question, j’ai pensé à : La vie n’est-elle qu’un jeu de Parchési ?

De son homme : je trouve que ça dit tout.  Mariée ou pas.

Finir, faute de mieux par une fin pirouette ébauche d’une promesse : La soixantaine en bandoulière, un Québécoise …  ?


14 septembre 2014

Version 12La cinquantaine en bandoulière, une Québécoise plaque enfants et sécurité d’emploi pour rejoindre en Suisse un homme rencontré sur Internet.  Auprès de son amoureux, version éblouissante du politicien syndicaliste raté que fut son père, la déracinée au pays du « propre en ordre » s’implante et s’épanouit, elle dont la vie n’avait été jusqu’alors qu’un écrasant karma.   La mort soudaine de son homme la ramène brutalement au point de départ. Que faire, à présent ?  (75 mots)

 

Version 12 retenue… Pour le moment !