JOURNAL 2013.03.29 – Ah ! Les bonnes vieilles fiches !29 mars 2013

2013.03.29 – Ah ! Les bonnes vieilles fiches !

Mon blocage de mercredi s’est soldé, hier, par un retour aux bonnes vieilles fiches. Impossible, avec la méthode actuelle (des tableaux à l’écran), d’avoir tout mon roman d’un coup sous les yeux. J’ai eu besoin de revenir aux fiches étalées sur la table. J’ai pu jouer avec les éléments, les déplacer plus facilement. Découvrir qu’il manquait des liens de cause à effet. Qu’il fallait préciser des éléments pour assurer la vraisemblance. Répondre à de nouvelles questions soulevées par certaines scènes.

Bien sûr, un logiciel (Celtx) permet de travailler sur fiches à l’écran. Mais le problème reste entier : l’écran de l’ordinateur ne réussit pas à tout montrer d’un coup, dès que le roman devient assez complexe. L’avantage avec Celtx, c’est qu’on a tout au même endroit : les fiches, le brouillon et le propre. Alors que l’ennui, avec les fiches, c’est qu’il faut ramasser chaque soir. Ou alors disposer de murs assez grands (et libres) pour y fixer les fiches. Je n’ai pas de surfaces suffisamment grandes à la maison. D’ailleurs, quand je ferme boutique le soir, j’ai besoin de décrocher. Je n’ai pas trop envie de prendre mes repas devant mes fiches… Parfois, je rêve d’un atelier d’artiste, où je pourrais m’étaler, mettre des photos (personnages, paysages, lieux où se passe l’action, objets, etc.) Yves Beauchemin s’est loué un bureau. Sauf erreur, c’est aussi le cas de David Homel et de Stéphane Bourguignon. Quelqu’un qui la connaît bien m’a affirmé que, pour écrire ses romans, Marie Laberge loue une maison dans le Maine (si ma mémoire ne me joue pas de tours), toujours la même (parce que les habitudes, la routine, c’est nécessaire aussi pour écrire). Et qu’elle fait cela, justement, ses fiches, ses photos, ses repères, affichés sur un grand mur… Peut-être faudra-t-il que je revoie l’installation de ma maison. Et que je n’y invite plus personne tant que le roman n’est pas écrit !

Dans la galerie de photo, je dépose une ou deux images de mon installation temporaire à la bibliothèque. Bien entendu, il a fallu tout ramasser en fin de séance.