JOURNAL 2013.03.25 — Quand l’action se passe sur un yacht de croisière25 mars 2013

2013.03.25 — Quand l’action se passe sur un yacht de croisière

Une scène se passe sur un yacht de croisière. Une idée de mon personnage Pietro, pour célébrer un bon coup financier qu’il croit susceptible de lui faire grimper quelques échelons dans l’estime de son père. Il nolise un yacht, invite une quarantaine de personnes qu’il confie aux bons soins d’un capitaine et de son équipage pour une folle virée d’une nuit sur le fleuve. Nuit qui tournera mal, bien entendu, par mes bons soins…

C’est bien joli tout ça, mais… Comment rendre cette scène vraisemblable ? En allant à la source cueillir des informations ! Une recherche rapide sur Internet me mène à Croisières Absolü, qui tient amarré au quai Jacques-Cartier, dans le port de Montréal, un magnifique yacht que peut noliser sa clientèle sélect. Coup de chance, j’obtiens directement le propriétaire au téléphone. Qu’il me pardonne, j’ai omis de noter son nom —qui par ailleurs ne figure pas sur le site web. Dommage, car il a été très agréable et, quoique un peu surpris par la nature de mes questions, y a répondu généreusement.

Quelles questions ?

· De combien de personnes un capitaine accepterait-il de dépasser le nombre absolu de passagers à bord ?

· Jusqu’à quelle heure les sorties de nuit sont-elles permises sur le fleuve ? Est-il possible, par exemple, de faire la fête passé 3 heures ?

· Quelqu’un fait une overdose à bord : quelle procédure le capitaine et l’équipage suivront-ils ?

· Qui serait autorisé à monter à bord en cours de croisière ? Pour quelles raisons ? En quelles circonstances ?

· Si un médecin ou policier doit monter en cours de croisière, que fait-on si on a atteint le nombre maximal de personnes ?

· Comment procède-t-on si quelqu’un doit monter à bord en cours de croisière ?

Curieux, parfois, où nous mène l’écriture…